retour à ma home page

PARTICULARITES du langage de MIGN0VILLARD et des environs



A B C D E F G HIJKL M NO P Q R S T UV YZ

A

- Aboucher: tomber en avant.
- Abouchon (à l'): en avant, à plat ventre. (tomber à l'abouchon).
- Acheter. en parlant des achats faits par les futurs époux en vue du mariage, on disait. "ils ont été achetés".
- Acouvasser (s'): s'accroupir comme une poule qui couve.
- Adoucir: amollir les trayons avant de traire.
- Affûter (quelqu'un): le remettre vertement en place, l'injurier.
- Aguiller (s'): se percher, se placer ou se tenir sur un endroit élevé.
- Aider (s'): au lieu de dire: aider quelqu'un, on dit "aider à quelqu'un". Pour les aider, on dit "leur aider". 0n trouve également cette forme dans le patois "on vo ye zédi à fèné" (on va leur aider à faner).
- Aizi: sorte de peau acide qui se forme sur la "recuite" (voir ce mot) et que l'on utilisait pour accélérer la fermentation du "séra" (voir ce mot).
- Aigre (faire): utiliser un levier pour multiplier une force appliquée à une résistance. 0n disait "un aigre doux" pour obtenir un effort très souple.
- A l'aïô: Cri des bergers pour inciter le bétail à quitter le pâturage et à rentrer à l'écurie.
- Ancni: (ou rancni) linge qui a été mal lavé à plusieurs reprises et qu'il est difficile de "ravoir" (voir ce mot).
- Ancré (e): au lieu de dire: son idée est ancrée en lui on dit: "il est ancré" dans son idée.
- Andouiller: travailler lentement, sans ardeur.
- Anicle: objet sans valeur, sans aucune utilité.
- Anis: dragées. (on dit également des "nailles").
- Antibotu: assemblage de choses sans ordre et sans but.
- Aquiesser (s'): s'accroupir.
- Apidancer: assaisonner.
- Apondre: attacher bout à bout, ajouter. Se dit aussi en parlant d'une personne qui veut avoir le dernier mot ou mettre son grain de sel dans la conversation: "il faut toujours qu'il aponde". Vient de rapondre et surment lié à la raponse
- Argal: homme sur lequel on ne peut pas compter, vaurien, mauvais sujet.
- Aspercette: (pour esparcette) sainfoin.
- Atout: coup, soufflet, gifle.
- Avant-couvert: avant-toit, prolongement du toit. ( on loge le bois de chauffage, les fagots, les outils sous "l' avant-couvert " .

B

- Bac: bélier, mâle de la brebis.
- Badoulé: bariolé.
- Bajôle: bajoue.
- Balabon (ou Balabeau): plante à fleur jaune dont le nom botanique est salsifis des prés. Les enfants mâchaient les tiges qui ont un goût un peu sucré.
- Bâler. chuter, tomber, renverser, perdre l'équilibre.
- Banc de crèche: partie en bois sous la crèche où l'on fixe les attaches du bétail.
- Barder. aller très vite. Marcher en faisant des zigzags comme un homme ivre.
- Bariau: à la cave, espace cloisonné pour stocker les légumes et surtout les pommes de terre pour l'hiver.
- Barôsses: sorte de ridelles pour voiture à foin. l'expression "s'en mettre plein les barôsses" signifie manger ou boire avec excès.
- Barrer. A la sortie de la messe de mariage, les conscrits de l'année "barraient" les mariés. Ils tendaient un ruban en travers de la porte; pour passer les mariés, et après eux tous les invités devaient donner des étrennes aux conscrits pour boire à la santé des jeunes époux.
- Bas (1e): le bas-Jura par rapport à la montagne. Egalement le couchant ("il y a des nuages dans le bas").
- Baticaine: plante à fleur jaune dont le nom botanique est: pissenlit dent de lion.
- Battue: en menuiserie: feuillure. (pousser une battue)
- Battue: babeurre.
- Béchet: mauvais couteau de poche dont le ressort est cassé ou avachi.
- Béchet: jeu d'enfant correspondant à chat perché.
- Bède: ni chaud, ni froid, tiède (bède comme le boire au veau) .
- Bélet: difficile sur la nourriture, qui n'apprécie rien.
- Bélouter. manger du bout des dents, sans appétit.
- Bennes: planches de 30 à 40 cm de largeur qui remplacent les "barôsses" sur une voiture de culture. La voiture "embennée" est particulièrement utilisée pour transporter le fumier.
- Berche: se dit de quelqu'un (ou de quelque chose) auquel il manque des dents.
- Bet: colostrum. Premier lait de la vache qui vient de vêler. Le "bet" de couleur jaune orangé servait autrefois à faire des crêpes ( des "palinchons").
- Beurrière: baratte en bois.
- Bezon: furoncle.
- Bibi: jouet.
- Binette: W.C rudimentaires.
- Biniel (de): de travers. (mettre son chapeau "tout de biniel").
- Biquâ: enfant affectueux, qui aime embrasser.
- Biquer: donner un baiser, embrasser.
- Bistrouille: breuvage de mauvais qualité, mauvais café.
- Bizangoi (de): de travers, qui n'est pas droit.
- Blaguer: parler, causer (mais également plaisanter).
- Blaijon : résine du sapin et de l'épicéa.
- Blaudes: robes, jupes, jupons.
- Blettes: betteraves.
- Bocfil: scie à métaux.
- Bouéb: petit berger. (vient peut-être de l'allemand: "bùbe", petit garçon).
- Boise: bouse de vache.
- Boite (fromage de): vacherin, Mont d'Or. Le fromage lui-même, "une bonne boite".
- Boiton: réduit pour cochons.
- Bô1on: petit pain d'orge séché pour faire une sorte de panade au lait (de la soupe de "bô1ons").
- Borgne: petit taon (un petit "borgne").
- Bouille: bouille à lait, grand récipient en bois ou en métal accroché dans le dos avec des bretelles pour porter le lait à la fromagerie (au "chalet").
- Bouille à purin: grande caisse sur roues pour transporter le purin dans les "clos". On répandait le purin avec le "pochon a purin" sorte de baquet au bout d'un long manche.
- Bouille à petit lait: grande caisse sur roues pour le transport du petit lait destiné à la nourriture des cochons.
- Boûjon: le tas de foin dans la grange.
- Bouliguer: changer, renverser, tourmenter.
- Bouquet (pot de): pot de fleurs.
- Bouquin: dartre, croûte aux lèvres.
- Bouriander. bousculer, harceler.
- Bourre: épart. Pièce de bois que l'on place à l'intérieur pour condamner une porte et en particulier la porte de grange.
- Bourrer. mettre la "bourre" à la porte.
- Bourrer: travailler trop fort, sans beaucoup de soin.
- Boyaule: tout ce qui se boit.
- Brandouiller: remuer, brandiller. .
- Brafter (se): se retirer, se mettre de côté, laisser la place.
- Br(an)ne: autre nom de la "bouille" à purin. (Vient peut-être de "bran" expression populaire pour excréments).
- Br(an)ne-queue: bergeronnette.
- Bouqueau: groupe de noisettes sur une même tige. (En terme technique de blason: Coquerelle).
- Br(an)ner: remuer. Se dit surtout d'un outil dont le manche a pris du jeu. On emploie aussi l'expression "br(an)ner au manche" pour indiquer qu'une personne est en situation instable ou en mauvaise santé.
- Braque: personne qui parle trop et pour dire des choses sans importance et sans intérêt.
- Brasser: remuer la salade, 1e café..."Brasser" la neige: marcher dans une épaisse couche de neige.
- Brassets: pièce de bois ferrée reliant le train d'une voiture à la "ligne". C'est sur les "brassets" qu'est fixée "la mécanique" (voir ce mot)
- Brècher: cailler, tourner.
- Brèches: matière grasse et blanche recueillie sur le petit-lait quand on le fait rebouillir. Cette matière grasse servait à faire le "beurre de brèches" .
- Brême: tarière de charpentier.
- Brelu: myope. Qui ne voit pas très clair.
- Brezi: viande séchée.
- Brique: morceau, éclat. (une "brique" de verre).
- Briquer: frotter une allumette.
- Brondes: feuilles et tiges des pommes de terre.
- Broyer: abîmer les récoltes en marchant à travers. ("broyer" le blé ou l'herbe).
- Brûle: pour brûlé (ça sent "le brûle").
- Brûlé : brûlage. Opération qui consistait à arracher les herbes et à les faire brûler pour améliorer le sol.
- Brûilli: guichet pour donner à manger au bétail.
- Brûlon: partie grillée de la pomme de terre quand on fait des "pommes de terre rondes" (voir cette expression).
- Bûchaflles: copeaux enlevés à la hache. Petits bois. Allume-feu.
- Bûbles. copeaux enlevés au rabot ou à la varlope.
- B'zillard(e): personne qui est toujours pressée, qui est trop ardente au travail.
- B'ziller: se dit des vaches piquées par des taons ou des guêpes et qui se mettent à courir follement.

C

- Cabe: jambe. Vache.
- Cacouillard: par plaisanterie; fromager.
- Cacouiller: remuer, agiter sans but défini et abusivement ( il ne faut pas "cacouiller" le lait) .
- Cadavre: homme de grande taille (un grand "cadavre").
- Cadette: dalle de pierre dont on se servait autrefois comme revêtement de sol et en particulier dans les cuisines.
- Caffe: cosse de pois ou de haricots.
- Campagne: grande étendue de récoltes.
- Camp-volant: romanichel, vagabond.
- Cancouelles: plaisanteries, paroles peu sérieuses, mensonges.
- Cancouenne: hanneton.
- Capitaine: on appelait ainsi la vache qui se plaçait toujours en tête du troupeau et qui recevait la plus grosse clochette ou le plus gros "tarcot" ( voir ce mot) .
- Canote: dans la ruche récipient pour recevoir la cire et le miel.
- Caribôles: par plaisanterie, pommes de terre. (Vient sans doute du patois de Nozeroy "karibôles" pour pommes de terre). A Nozeroy autrefois on appelait aussi les pommes de terre "kartoufles"(de l'allemand Kartofeln). De même pour désigner le cordonnier on disait quelquefois "choumac" (de l'allemand Schumacher) souvenir des prussiens logés à Nozeroy pendant la guerre de 1870-7I. ( Le Patois de la Région de Nozeroy par 0skar Kjellén).
- Carreauné: formé de carreaux. (un tissu "carreauné").
- Catibâle (à): à califourchon sur les épaules.
- Cavet: cavité sous le four à pain pour recueillir les cendres que l'on utilisait pour la lessive.
- Cercles: raquettes pour marcher sur la neige.
- Chaînon: petite chaîne, bout de chaîne.
- Chambarder: ne pas tenir sur ses jambes. marcher en zigzags comme un homme ivre.
- Chambiller: même signification que "chambarder".
- Chape: revêtement du pignon d'une maison. On dit aussi "Talvane" .
- Chazal: ce qui reste d'une maison incendiée. Terrain où se trouvait une maison brûlée.
- Chemise: péritoine du porc dont on se servait pour enrober le pâté de foie.
- Chicorée: nom donné aux feuilles du pissenlit dent de lion. (une salade de "chicorée").
- Chive: espace compris entre une haie et la partie du champ à faucher. (on dit aussi "chintre").
- Ch'ni: balayures, poussière. ( avoir un " ch'ni" dans l'oeil)
- Ch'tel: cheptel.
- Chougne (ou "chogne"): excréments des animaux et en particulier du cheval.
- Chougner: déféquer en parlant du cheval.
- Chouiner: pleurnicher.
- Choux-rave: nom donné au rutabaga.
- Ch'vec: animal de sexe indéterminé.
- Cinquante-et-un: jeu de cache-cache ainsi nommé parce que celui qui "collait" devait se tourner contre le mur en se bouchant les yeux et compter jusqu'à 5I pendant que ses camarades se cachaient.
- Ciron: on donne ce nom à tout insecte xylophage (lymé, xylon, lycte, bostryche, anobie...).
- Cironné: bois qui est attaqué par les "cirons".
- Clairer: éclairer, brûler. (faire clairer le feu, la lampe)
- Clédar : porte de jardin, à claire-voie (mot utilisé surtout à Nozeroy et environs.)
- Clos: terrain à proximité de la maison, non cultivé, mais fréquemment arrosé de purin afin d'avoir en permanence, pendant la belle saison, une réserve d'herbe et de regain.
- Commerce: objets divers. Affaires personnelles. l'expression "c'est un drôle de commerce" signifie: c'est bien embrouillé, bien compliqué.
- Communal: terrain non cultivé appartenant à la commune. En général les "communaux" sont des pâtures où l'on peut envoyer les bêtes moyennant certaines redevances à la commune.
- Coller: Dans un jeu collectif, être celui qui mène le jeu contre tous les autres, il est désigné en "entrôlant" (voir ce mot).
- Congé: service militaire (faire son "congé" dans la cavalerie).
- Corde: mesure de bois de chauffage égale à 3 stères.
- Corné: indisposé. Se dit de quelque chose qu'on a mangé ou bu et qui est resté sur l'estomac en créant un certain malaise. (çà m'a "corné").
- Coucon: petit pain fait pour les enfants quand on "faisait au four" (voir cette expression). On y ajoutait quelquefois une pomme qui cuisait dans le "coucon".
- Couélon: le benjamin, le dernier enfant de la famille.
- Couenne: Croûte du gruyère et par extension, le gruyère lui-même. (Une bonne "couenne"
- pour un bon fromage -). D'une personne très sale on dit aussi: Elle a une de ces "couenne".
- Couenneau: dosse. Première et dernière planches dans le sciage des arbres et qui garde son écorce.
- Couétard: Terrain en pente.
- Coulée: au "chalet" opération de pesage du lait apporté par les sociétaires. Durée de cette opération.
- Coup-de-Cul: effort fait par un cheval pour sortir une voiture d'un passage difficile. Egalement rampe, montée, grimpée sur un chemin.
- Coups (les): le glas.
- Couratier (ère): personne qui court après plusieurs jeunes filles (ou jeunes gens) sans motif sérieux.
- Couronne: petit sapin (ou branche de sapin) garni de fleurs et de rubans que les bergers attachaient sur la tête du "capitaine" (voir ce mot) du troupeau à l'occasion de la St-Jean-Baptiste (fête des bergers) le 24 Juin. Pour fêter la St Jean, les bergers faisaient un grand feu à l'aide de fagots de "daie" (voir ce mot) sur un point élevé des "communeaux". Les patrons donnaient de l'argent ou des provisions de choix aux bergers pour faire un bon repas en commun et en plein air. Après la fête, les "couronnes" étaient placées sur la porte des écuries ou elles restaient tout l'été. Il est à remarquer que la vache "capitaine" qui portait la "couronne" ne cherchait nullement à s'en défaire, mais paraissait, au contraire, très fière d'être ainsi décorée.
- Couvier: Coffin. Récipient (autrefois en bois) dans lequel le faucheur mettait sa pierre à aiguiser (avec de l'eau) et qu'il accrochait à sa ceinture, dans son dos.
- Crache (de la): Crachat.
- Corps (de fourneau): tuyau de poêle.
- Cramoisi: bleui par le froid.
- Cramper (se): pour se camper. Se tenir dans une attitude fière et provocante.
- Crasse: Résidu du beurre fondu. Ce qui remonte à la surface quand on fond du beurre. On utilisait la "crasse" pour faire sauter des pommes de terre ou encore en tartine avec un peu de sel.
- Crecelle: cartilage.
- Cro: Corbeau, freux, corneille.
- Croisade: Croisée de chemins, carrefour.
- Crouaille: Amer. Un fruit vert est "crouaille".
- Crouque: Poule qui couve ou qui cherche à couver.
- Crouquer: chercher à couver en parlant de la poule.
- Crosse: Gros clou très long utilisé particulièrement en charpente.
- Crosses (chercher des): chercher querelle.
- Crosser: se mettre en colère, s'énerver.
- Crosseur: coléreux.
- Crûches: coquilles de noix ou de noisettes.
- Crûe: Sorte d'airelle que l'on trouve dans les terrains marécageux. La "crûe" a la chair blanche, l'airelle myrtille a une chair rouge-noirâtre.
- Cûchon (ou Coûchon): On appelait ainsi à Mignovillard le chemin passant derrière l'église. Il est aussi nommé "le processionna1".
- Cudet: Personne qui fait des bêtises, qui change souvent d'idées, qui dépense inutilement.
- Cuveau: Cuvier. Grand baquet pour faire la lessive.

D

- Daie: Petites branches de sapin ou d'épicéa. On en faisait des fagots pour allumer le feu ou pour faire un feu vif sous la chaudière du "chalet" pour la fabrication du gruyère. Avec la "daie" on faisait aussi des balais pour le nettoyage des écuries et des granges.
- Débattiou: Brassoir du fromager pour remuer le lait dans la chaudière pour la fabrication du gruyère. Par plaisanterie: petite cuiller à café.
- Déblesse: Ensemble des branches enlevées à un arbre abattu.
- Déblesser: Enlever les branches à un arbre abattu.
- Déblesson: Petites branches enlevées à un arbre abattu.
- Débringuer: Défaire, démolir, casser, démonter abusivement .
- Déchiver ou Déchintrer: Faucher l'herbe qui se trouve dans les "chives" (voir ce mot). Cette opération ne peut être faite qu'à la faux.
- Découenner: Laver quelqu'un ou quelque chose qui est très sale.
- Découverte: Enlèvement d'un "couenneau" (voir ce mot) sur une bille de bois afin de pouvoir juger de sa qualité.
- Décroucasser. Empêcher une poule de couver. (On enfermait la " crouque" dans une " seille" à demi-pleine d'eau).
- Défaçonné: qui a de mauvaises manières. "Faire le défaçonné" : Faire le pitre.
- Déguiller: Démolir, faire tomber, renverser. (vient peut-être de "déquiller" renverser les quilles au jeu).
- Démanché: Dégingandé. (un grand "démanché") .
- Démancher: Défaire, casser, démonter abusivement .
- Demande: Demande en mariage. ("faire la demande").
- Dénourrir: Prendre la part, la nourriture de quelqu'un.
- Dépiller: Enlever les fleurs, les feuilles à une branche. ("dépiller" du tilleul). Demêler la laine, le crin.
- Dépondre: Détacher ce qui était "apondu" ("dépondre" les voitures).
- Dépurer: Egoutter. quand on est bien "nakassé" (voir ce mot) on "dépure" l'eau de partout.
- Déroché: Délabré, à moitié démoli. (Un mur tout "déroché")
- Dérocher. Faire tomber les pierres d'un mur. Faire tomber le foin du "boujon" (voir ce mot).
- Dételet: Tuyau de descente pour l'eau du toit.
- Dévoré: Se dit d'un vêtement ou d'un tissu très usagé et percé de trous.
- Dîner: Prendre le repas de midi. Le repas lui-même.
- Dommage (en): Se dit des bêtes qui paissent sur la propriété d'autrui.
- Drilles: Vieux chiffons, vieux vêtements. (être habillé avec de vieilles "drilles").
- Driller: Vagabonder.
- Drille: Fille qui vagabonde, qui sort sans permission.

E

- Ebauches (ou ébauchées): Grenier au-dessus de la grange formé de planches non clouées où l'on entrepose la moisson.
- Ebriquer: Ebrécher.
- Ecaillouter. Jeter des pierres, lapider.
- Echaille: Echarde. Involucre vert de la noisette.
- Echailler: Dégager la noisette de son involucre.
- Echeuqué : Effrangé, effiloché.
- Ecressi (e): Malingre, d'apparence chétive.
- Ecuire (s'): Avoir la peau irritée par frottement ou par la sueur.
- Equiéton: En botanique. bardane commune. (Les écailles vertes qui entourent la fleur sont munies de crochets qui s'accrochent aux vêtements).
- Elourdi (e): Etourdi, un peu grisé. Qui a perdu la netteté des impressions.
- Ematouler. Jeter des boules de neige à quelqu'un, ( des "matôles" ) .
- Emberche: Brèche sur le fer d'un outil tranchant.
- Embercher. Faire une "emberche" à un outil.
- Embouiller. Opération qui consiste à charger sur deux trains de voiture des bois de grande longueur reliant ces deux trains, puis de placer de part et d'autre de ces longs bois, d'autres plus courts attachés avec des chaînes.
- Embreuille: Nombril du porc utilisé par les menuisiers et les charpentiers pour graisser les scies, les rabots et les varlopes afin qu'ils glissent mieux.
- Emmanche: Outil, ustensile, objet peu pratique. Se disait aussi de quelqu'un qui ne savait pas s'y prendre pour faire un travail.
- Egreuilli: se dit d'une roue de voiture ou d'une seille dont les cercles sont détendue.
- Emeiller:(s'): Se faire du souci. Avoir des craintes au sujet de quelque chose.
- Emouchailler: Emoucher. Pendant les travaux d'été, les enfants, à l'aide d'une branche feuillue "émouchaillaient" les chevaux ou les boeufs.
- Empaffer (s'): S'empiffrer.
- Empâture: Corde attachant un animal par la jambe.
- Empâturer (s'): Se prendre les pieds dans quelque chose en marchant.
- Encamber (ou "écamber"): Enjamber. (en patois: Ecambyi ) .
- Encomangler ( ou "encomanguier"): Enfoncer un coin en fer muni d'une boucle (langue à bois) dans un bois pour le tirer hors de la forêt ou pour le déplacer sur le chantier dans une scierie. (en patois: "enc'moinguier". Langue à bois: "c'moingu ' yi" ) .
- Enchâtre: Compartiment dans une boite. Grenier à blé, orge ...etc..
- Enrager: Avoir des difficultés. Avoir beaucoup de mal pour faire quelque chose. ("enrager sa vie").
- Ensacher. Manger, boire avec excès.
- Ensevelir: S'emploie uniquement pour mise en bière.
- Entrôler: Désigner celui qui mènera le jeu (celui qui "colle"). Pour "entrô1er" on utilisait une comptine, formule enfantine dans le genre de la suivante : "Entrons , caron, gibon , sépié, genevié , quotidien, Besançon, fitandon, des oignons".
- Epart: Pièce de bois transversale percée de 2 trous servant à relier les "barôsses" (voir ce mot).
- Epeuffer (ou étieuffer): Emettre des crachotements.
- Espatard: Ruban métallique servant, en particulier, à cercler des caisses.
- Etouble: Eteule. Champ qui vient d'être moissonné.

F

- Faucher: Le manche de la faux.
- Fénasse: Toutes les graminées non cultivées. (vulpin, brôme, brise, paturin, fétuque, dactyle, chiendent, phléole, sétaire ...etc..).
- Feux (de lait): Eczéma séborrhéique des nourrissons.
- Filotte: Rouet.
- Fions: Paroles fielleuses, méchancetés. lancer des "fions" à quelqu'un. (Vient peut-être de fiel).
- Flape: Mou. Sans consistance.
- Fléton: Pièce pivotante en bois qui reçoit les "barôsses" .
- Fleuzin: Graines de foin. Débris de foin. Le "fleuzin" servait à faire les "lèchers". (voir ce mot).
- Foncet: Disque de bois pour poser les casseroles sur la table. (Souvent le "foncet" était le fond d'une boite de fromage "de boite". Egalement large disque de bois servant a serrer le fromage de gruyère frais.
- Fouachou (ou f'sou): Sorte de houe à lame arrondie. On sarclait et on "reterrait" (voir ce mot) les pommes de terre avec le "fouachou".
- Fourchette: Sorte de "fraitier" (voir ce mot) qui se plaçait sur le côte de la voiture. Pièce de bois qui s'engage sur la "ligne" (voir ce mot) et qui soutient les "barôsses".
- Fouaner: Faner, faire les foins.
- Fournache: Tas de mauvaises herbes auquel on met le feu.
- Foyard: Hêtre. (Dans la Joux et la Haute-Joux le "foyard" est presque exclusivement utilisé comme bois de chauffage).
- Fraitier: Sorte d'échelle à l'avant de la voiture "embarossée". Le "fraitier" reçoit la perche qui maintient le foin sur la voiture.
- Frelet: Genre de moulinet fait avec un os ou un morceau de bois percé d'un trou, et actionné par une ficelle torsadée.
- Frèpe: Anneau de fer pour fixer la faux sur son manche (sur le "faucher"). Virole d'un outil.
- Frôgner (se): Se frotter contre quelqu'un ou contre quelque chose.
- Frouiller. Tricher au jeu.
- Fuve: Epicéa.

G

- Gafouiller: Parler sans réflexion, à tort et à travers.
- Gâgui: Poupée de chiffons, poupée en mauvais état. Se dit aussi d'une fillette, mais avec un sens péjoratif.
- Gaille: Mauvaise bête.
- Galandure: Galandage, cloison.
- Galère: Outil de charpentier et de menuisier. C' est un gros rabot à manoeuvrer à deux pour raboter grossièrement des pièces de bois. La "galère à dresser" servait a rendre droites et plates. les rives d'une planche à l'aide du "banc à dresser".
- Galine: Jeu que l'on pratiquait avec des palets. On mettait des pièces de monnaie sur un petit cylindre de bois posé à terre (c'était souvent une bobine de fil vide). A partir d'une certaine distance, il fallait faire sauter la "galine" avec le palet. Les pièces de monnaie qui restaient dans un cercle préalablement tracé autour de la "galine" appartenaient au joueur qui avait réussi.
- Gattion: Cheville de bois ou de fer qui s'engage dans le timon pour tenir le joug ou dans la limonière devant les mancelles.
- Gander. Traîner par les rues. Courir en quête d'aventure.
- Gaumé: Se dit d'un aliment qui est resté trop longtemps à la cuisson et qui s'est réduit.
- Gaupé (mal): Mal vêtu, habillé sans goût, sans soin.
- Gigle: Cloque, ampoule après brûlure ou meurtrissure.
- Gingin: Ingéniosité. "avoir du gingin". avoir de bonnes idées, des aptitudes pour faire un travail. (latin ingénium).
- Glinglin (petit): Le petit doigt.
- Gloria: Ration d'eau-de-vie.
- Glorieux: Fier, orgueilleux. Les habitants de Mignovillard étaient souvent appelés les "glorieux". On peut penser que ce nom leur fut attribué en suite de la donation importante faite par la comtesse de LAURAGUAIS, à la demande du docteur Jean-François-Xavier GIROD, médecin de LOUIS XVI, originaire de Mignovillard, de 700 hectares de forêt, par acte en date du 23 Septembre 1773. Cette donation privait les habitants des communes du canton de Nozeroy de certains droits sur les forêts remises en toute propriété aux habitants de Mignovillard, et ils manifestèrent leur mécontentement et leur jalousie en engageant plusieurs procès qui se terminèrent tous à l'avantage exclusif des habitants de Mignovillard qui en tirèrent gloire et profit.
- Gobule: Billes. (jouer aux "gobules").
- Gouine: Petite fille. Au sens péjoratif: "une sale gouine".
- Gouille: Flaque d'eau.
- Gôyant: Va-nu-pieds, clochard.
- Grandvallière: Train avant de voiture pour transporter des bois, et dont les limons ne se replient pas. (ce genre de transport était particulièrement utilisé dans le Crandvaux, d'où ce nom).
- Grapper: Ferrer un cheval avec des crampons contre le verglas.
- Gratton: Ce qui restait au fond de la casserole quand on avait fait fondre la panne. On mangeait les "grattons" avec des pommes de terre.
- Gravater. Se dit des poules qui grattent la terre pour trouver des vers.
- Grelotière: Courroie garnie de grelot que l'on passait au cou du cheval attelé à la "voiture à ressorts" (voir ce mot) pour les sorties et les fêtes.
- Gremon: Chiendent.
- Grepillon: Montée assez forte sur un chemin.
- Greube: Bandes de brumes au lever ou au coucher du soleil ou bandes de brouillard qui restent le soir ou le matin dans le fond des vallées.
- Grille: Cheville du pied.
- Griotte: Crotte de lapin, de chèvre, de mouton.
- Gris: Petit gris. Champignon très recherché en montagne et qui pousse en "taches" à l'automne. Son nom scientifique est: clitocybe nébuleux.
- Gros: Personne riche, importante, qui a une entreprise d'une grande importance ou un gros train de culture. L'essentiel d'une affaire, la plus grande partie. ("le plus gros est fait").
- Guiaffe: Neige à demi fondue. Boue liquide.
- Guiaffer: Marcher, patauger dans la neige fondante, dans la boue, dans les "gouilles" (voir ce mot), éclabousser.
- Guillebouton: Eglantier. En botanique: Rosier de chien.
- Gy: Plâtre. ( vient peut-être de gypse, pierre à plâtre)

H I J K L

- Hachon: Hache à manche court et oblique utilisé autrefois en charpente.
- Hâri: Par contre, au contraire.
- Haut-mal: Epilepsie. "Tomber du haut-mal" avoir une crise d'épilepsie.
- Idée: Un peu, une petite quantité. (Ce sens se trouve dans la langue allemande: Eine Idée zu klein
- un peu trop petit -)
- Indique: Nom que l'on donnait au bleu servant au blanchissage du linge.
- Instinct: Savoir-faire, esprit d'initiative. ("il a bien de l'instinct") .
- Jeuf: Ecume qui se forme sur le lait quand on trait.
- Jules: Pot de chambre.
- K'mau: (ou koumau): Mélange de lait, de crème, d'oeufs, de sucre et éventuellement de gruyère râpé pour garnir un gâteau ou une tarte.
- L' . La : L'article défini s'emploie devant les prénoms féminins ("la Marie" "la Génie" -pour l'Eugénie-). Les prénoms masculins commençant par une voyelle sont également précédés de l'article défini (" -l'André, "l'Ugène"
- pour l'Eugène-) mais on dit: Pierre, Paul, Gustave . . . e t c . .
- Laiche: Fourrage de peu de valeur.
- Lainé: Gruyère gercé à l'intérieur.
- Laisine: Fente dans un rocher. Cavité dans le sol, de faible ouverture.
- Lait-de-Serpent: Plante herbacée à fleur jaune-verdâtre dont il s'écoule un lait blanc quand on brise la tige. (en botanique: Euphorbe).
- Laitiot: Petit-lait avec un peu de caillé.
- Lambris: Planche de bois brut ayant moins de 20mm d'épaisseur.
- Lancer (se): Dans une discussion; se départir de son calme, s'énerver, se mettre en colère. 0n dit aussi "lancer" quelqu'un: le pousser au mécontentement, à la colère.
- Loquer: Se dit d'une chaussure trop grande ou déformée qui ne tient plus au pied, ou d'un fer qui se détache du pied d'un cheval ou d'un boeuf.
- Launé (bien ou mal): Etre de bonne ou de mauvaise humeur. (vient peut-être de l'allemand "laùne"
- gùte laùne: bonne humeur -).
- Lave: Pierre plate qui servait à couvrir les toits.
- Lavoir (ou une "lave"): Planche à laver munie de crans pour frotter le linge dans la "rondotte" (voir ce mot) pour faire la lessive.
- Lavon: Planche de bois. Par plaisanterie: porte. (en patois "boûche le lavon": ferme la porte.)
- Lèche: Maladie de la vache (mammite).
- Lècher: Baquet rempli de "fleuzin" (voir ce mot) que l'on donnait aux vaches, avec du sel et quelquefois des betteraves coupées en tranches, le tout arrosé d'eau ou de petit-lait. Les Taches en étaient très friandes.
- Lissu: Eau savonneuse qui a servi pour la lessive et que l'on gardait soit pour faire tremper du linge ou des habits très sales ou pour "récurer"
- nettoyer le "plancher" ou les "cadettes" .
- Loche: Latte de bois pour séparer les sciages afin d'obtenir la siccité ou d'éviter l'échauffure" altération du bois par la chaleur et l'humidité.
- L'zet (de): De travers. (Marcher "de l'zet"). Il existe en patois une expression curieuse: "Y vo tout de l'zet k'ma on tsin k's'en vo à lo messe"
- Il va tout de travers comme un chien qui s'en va à la messe -.

M

- Magnien: Chaudronnier ambulant.
- Maille (petite): Se dit d'une personne de petite corpulence.
- Mailler: Tordre.
- Maîsse: Foin étendu pour sécher.
- Mal caduc: Epilepsie.
- Maltrasser: Répandre du fumier dans les champs.
- Mâmet: Caresse. "faire mâmet". caresser doucement en disant mâmet.
- Manivelles: Sorte de bâtons d'environ 5Ocm de longueur, légèrement coniques aux deux extrémités que l'on engage dans les trous du "tour" (voir ce mot) pour tendre la corde passée autour de la perche à foin. Une fois la corde tendue, les "manivelles" restent engagées dans le "tour" et en s appuyant contre le foin empêchent le "tour" de pivoter et la corde de se détendre.
- Mante. Couverture, couvre-pied.
- Mâon: Estomac d'une volaille. Gésier.
- Maraude (à la): Se disait de bêtes qui allaient paître dans les champs d'autrui. Les jeunes bergers qui voyaient des bêtes "à la maraude" criaient: à la maraude, à la maraude ! c' est pas pour moi, c'est pour les autres" ! ..
- Margouille: Roue.
- Marteau: Molaire.
- Massacre: Personne qui travaille très fort, mais sans . soin.
- Mauron (ou moirèsseule): En botanique: Viorne lantanne. (Les enfants mangeaient les baies devenues noires qui ont un goût sucré).
- Maux (avoir des): Avoir du mal, des difficultés dans son travail.
- Mât: A la cave, poutre pour soutenir les tonneaux.
- Matôle: Roule neige faite à la main.
- Matouler ( ou ématouler): Jeter des "matôles".
- Mécanique: Dispositif de freinage adapté sur les divers types de voitures de culture.
- Menée: Congère. (une "menée" de neige).
- Mener. Se dit d'une vache qui demande le taureau.
- Mezet: Musaraigne.
- Mesure: Double décalitre.
- Mille-trous: Gruyère avec beaucoup de trous.
- Mottes: Tourbe.
- Moûru: Se dit d'un outil qui a perdu son tranchant, qui ne coupe plus.
- Moutière: Taupinière.
- Moutonne: Brebis.
- Moutu: Bosse sur un terrain, motte de terre.
- Mûle: Tas de foin. Par crainte de la pluie, on "emmûle" le foin dans les champs. Pour le faire sécher, on "démûle". (Dans le Doubs on dit "chiron" et "enchironner" .
- Mûre: Saumure.
- Murger: Tas de pierres dans les champs.
- Muse (ou "mise"): Sorte de mèche ou de ficelle placée à l'extrémité du fouet et qui permet d'obtenir le claquement.

N O

- Nailles: Dragées que l'on jetait ou que l'on distribuait aux enfants à la sortie de l'église après un baptême.
- Nakassé: Complètement mouillé par la pluie.
- Natter. Boucher un trou. Par extension: étonner, réduire au silence. S'emploie également dans le sens d'étouffer en mangeant.
- Neigeotter: Neiger un peu.
- Nénet: Trayon de la vache.
- Nénouiller. Se dit d'un nourrisson qui prend mal le sein ou le biberon, qui mange sans appétit.
- Nettoyer (se). Se dit d'une vache qui rejette le placenta après le vêlage.
- Nettoyure: Placenta de la vache.
- Nîlle: . Articulation des membres.
- Niô: Nichet. Faux oeuf en plâtre ou en porcelaine que l'on met dans le nid des poules pour les inciter à pondre.
- Niquedouille: Personne sans énergie.
- Nunu: Sorte de mirliton que l'on fabriquait avec des tiges de grande gentiane. En grattant le parenchyme de la feuille, il restait une mince pellicule transparente qui servait de membrane vibrante.
- Orgée: Mélange d'orge et d'avoine.
- Ours: Grand râteau à traîner. ("traîner l'ours").

P

- Pâcher. Tasser avec les pieds ("pâcher le boujon") .
- Paguet: Le N°I en atout au jeu de tarot. On l'appelle également "le petit".
- Palinchon: Sorte de crêpe appelée aussi "moiseule" faite de lait, d'oeufs et de farine. On en faisait aussi avec du "bet" (voir ce mot).
- Pantet: Chemise. Bas de chemise. Marcher "à plein pantet". à grandes enjambées.
- Paradis: Etalage de jouets dans un magasin au moment des fêtes de Noël et du jour de l'an.
- Parcours: Pâtures communales.
- Part: Tout aliment qui accompagnait le pain; ce dernier étant considéré comme la nourriture essentielle.
- Passoir: Passage réservé dans la clôture d'un champ pour les voitures et les animaux.
- Patasser: Remuer quelque chose en se salissant. L'expression "ça patasse" s'emploie pour indiquer qu'on marche dans la boue ou la neige fondante.
- Patouiller: Agiter un objet dans l'eau, dans la boue.
- Patin: Couches. Linge servant à emmailloter un enfant.
- Patte: Chiffon. Tissu. Par plaisanterie: vêtements de femmes.
- Pattier. Chiffonnier.
- Patu: Trou. D'un objet plein de trous on disait: "il est tout patusé" .
- Pe ( peute): Laid, vilain.
- Pendant: Rayonnage.
- Penguiller: Pendiller.
- Penguillon: Ce qui pendille.
- Perchant: Se dit des pois et des haricots grimpants.
- Perche: Elle sert à tenir le foin sur la voiture "embarrossée". Elle est engagée à l'avant dans le "fraitier" et elle est tenue à l'arrière par une corde tendue à l'aide du "tour" et des "manivelles" .
- Percher: Placer la perche sur la voiture. Mettre des rames à des pois ou à des haricots grimpants.
- Personne (c'est): Se dit de quelqu'un qu'on juge sans valeur, peu recommandable.
- Pesée: Opération de pesée du lait. Temps que dure cette opération. Le lait est apporté "au chalet" et versé dans le pèse-lait. Le fromager enregistre les quantités apportées par chaque sociétaire. Opération qui consiste à peser les gruyères avant leur départ du chalet pour les caves d'affinage .
- Péteux (péteuse): Personne prétentieuse, difficile, faiseuse d'embarras.
- Pider: Jouer. pour voir qui sera le premier. A la "galine" on traçait une ligne et d'une certaine distance chacun lançait son palet; celui qui était le plus près était le premier à jouer.
- Pied-poudré: Vagabond, vaurien. Le vagabond avait les pieds poudrés par la poussière des chemins.
- Piller. Enlever avec les doigts de petits morceaux à la miche de pain, à un gâteau, à un jambon ..etc.. ("piller au bout du pain").
- Pillon: Petit morceau de peau qui se soulève, squame, poil détaché d'une étoffe.
- Pioupiou: Poussin.
- Pipoulé: Couvert de petites taches.
- Pique (à la "pique du jour"): Au lever du soleil.
- Pive: Pomme de sapin ou d'épicéa.
- Plancher: Parquet. (on dit lames de "plancher" pour lames de parquet) .
- Platine: Tablette sur le devant du fourneau où l'on mettait les pieds pour les réchauffer.
- Plan ("tout plan" ou "tout plan-plan"): Tout doucement, sans se presser.
- Planche-fraîche: Champ qui donne du foin pour la première fois après avoir été ensemencé, en blé, avoine, orge ou pommes de terre.
- Plion: Branche d'arbre souple et résistante que l'on passe dans une corde ou une chaîne et que l'on tend pour serrer la charge d'une voiture.
- Plionner: Mettre en place un "plion".
- Plot: Bille de bois. Tronçon d'arbre. Talon au jeu de cartes.
- Plumet: Pièce de la voiture sur laquelle repose la grume principale pour "embouiller" (voir ce mot).
- Pochon: Louche. Baquet au bout d'un long manche pour puiser et répandre le purin ("pochon à purin").
- Poêle: Pièce principale de la maison où l'on se retrouvait le soir autour du poêle. Salle à manger.
- Pointe: Support. Etai. L'expression "de pointe" signifie debout, dans une position verticale. Par plaisanterie, se "mettre de pointe". se lever.
- Pointer: Etayer. Soutenir avec des "pointes".
- Plousse (ou "palousse"): Fruit du prunier épineux.
- Poiron: Poile sauvage. Petite poire à cuire.
- Polo: Bonnet de laine.
- Pontache: Bisaiguë du charpentier.
- Porte-ch'ni: Ustensile en bois servant à recueillir le "ch'ni" (balayures).
- Poudji: Pansement que l'on met à un doigt blessé.
- Poudrée: Légère couche de neige.
- Pousse: Enveloppe des céréales.
- Praline. Crotte de chocolat.
- Pré-sec: Pré qu'on ne laboure pas.
- Presson: Levier. Pince monseigneur.
- Prin: Petit bardeau. Tavaillon mince pour couvrir les toits.
- Prôjer: Faire du profit, du volume. Donner une apparence avantageuse. (ça ne "proie" pas: ça ne paraît pas).
- Prôjon: Ce que l'on ajoute à un aliment ou à une boisson pour les rendre plus abondants sans grande dépense.
- P'sin: Pomme sauvage. (le p'sin"est "crouaille"). (voir ce mot).

Q

- Quiève (ou "tiève"): Mare. Trou plein d'eau. (la "quiève" de Froidefontaine).
- Queutches: Toutes les ombellifères (berce, spondyle, panais, angélique, éthuse ciguë ...etc ).

R

- Rablet: Râteau plein à long manche pour nettoyer les écuries.
- Raboter (se): s'écorcher.
- Racacineur: Chaudronnier ambulant.
- Radoux: Température plus douce. Se dit surtout quand la neige commence à fondre à cause d'une température plus clémente.
- Rafouiller: Fouiller. Chercher.
- Raie: Rigole derrière les bêtes à l'écurie.
- Ramassée: Grosse averse. (prendre une bonne "ramassée").
- Ramasser: Récupérer ce qui reste dans une casserole ou dans un plat quand on a enlevé l'essentiel.
- Ramiauler: Flatter pour obtenir un pardon. Pour calmer quelqu'un qui est irrité.
- Ranana: Vieille chose usée, démodée, sans valeur.
- Rancuser: Dénoncer ses camarades. Trahir. Vient peut-être de "raguser", verbe fabriqué sous le 1er Empire après la trahison reprochée au Maréchal MARMONT, duc de RAGUSE à propos de la capitulation d'Essonnes en 1814. On trouve ce verbe raguser dans la pièce d'Edmond L'AIGLON, Acte II, scène VIII. Le duc de REICHSTADT adresse à MARMONT duc de RAGUSE les reproches suivants: "Et voilà, c'est le traître d'Essonnes !
"Et pour dire: trahir! le peuple tu frissonnes!
"Le peuple a fabriqué le verbe raguser! "

- Randaler: Crier. Chanter très fort.
- Raponse: Pièce ou morceau ajoutés à un objet.
- Raponses: Rallonges ajoutées aux limons de la voiture.
- Rapsaudage: Réparation. (souvent dans un sens péjoratif).
- Rapsauder: Faire une réparation.
- Rasser: Se dit des animaux atteints de diarrhée .
- Ratasser: Faire quelque chose d'indéterminé qui inquiète les autres. (Qu'est-ce qu'il peut bien "ratasser" dans la chambre!). Faire quelques menus travaux. ("Ratasser" dans son jardin).
- . Rate: Souris.
- Râteaux: Sortes de traces linéaires verticales que forme la pluie orageuse dans le lointain.
- Rater: Faire la chasse aux souris en parlant du chat.
- Ratraire: Favoriser l'arrivée de personnes étrangères au pays.
- Ratrait: Personne qui est depuis peu de temps dans le pays.
- Ravançon: Petite construction ajoutée à une plus grande.
- Ravauder: Offrir des prix trop bas. Maquignonner.
- Rave! : Exclamation équivalant à "zut!" ("rave" pour toi !)
- Ravoir: Remettre en bon état. Nettoyer . (Le linge était mal lavé, on a eu du mal à le "ravoir").
- R'bèner: Retourner la terre avec une bêche ou un trident.
- R'biouler: Se dit des pommes de terre qui germent avant d'avoir été récoltées.
- R'bouiller: Mélanger. Mettre en désordre. Mettre sens dessus dessous.
- R'tendu: Quelqu'un est "r'tendu" quand il est lésé, volé, trompé.
- Rebicler: Friser. Former des boucles. (des cheveux qui "rebiclent" )
- Rebicler: Regarder. Epier.
- Recetter: Opération qui consiste à évaluer, en forêt, le volume des bois. Cette évaluation se faisait au juger, mais très près de la réalité, par des spécialistes. Le cubage était donné en solives et non en m3.
- Recetteur: Personne qui "recette" les bois.
- Recorner: Ecarter à l'aide de la fourche l'andain du faucheur.
- Récrier: Appeler quelqu'un de loin.
- Recuite: Petit-lait recuit auquel on a tiré le "séra" (voir ce mot).
- Remballer: Repousser quelqu'un. Le remettre en place.
- Rembourrer (se): Se fouler ou se heurter fortement les doigts de la main ou du pied.
- Rempogner: Reprendre le travail.
- Renader. Vomir.
- Renards: Vomissure.
- Rentrer (se): Rentrer à la maison. ("se rentrer à des point d'heure"
- rentrer très tard -).
- Renquiller: Tousser bruyamment et opiniâtrement.
- Rentordre: Tordre. Mâcher avec difficulté. (De quelqu'un qui n'a plus de dents ou qui a une mauvaise denture, on dit: il ne peut rien "rentordre").
- Reparon: Branche des feuillus.
- Reparonner: Enlever les branches d'un arbre abattu.
- Repiquer (un toit): Remplacer les tuiles
- Requiller: Au jeu de quilles, remettre les quilles en place. (Autrefois les enfants gagnaient "'gros sous" en "requillant".
- Le "gros sou" était la pièce de 1O centimes en bronze; le "petit sou" était celle de 5 centimes -).
- Requinquer: Remettre en état, en bonne forme. Se disait surtout de quelqu'un qui s'était bien remis d'une fatigue ou d'une maladie, ou encore d'une personne qui s'est habillée de neuf. -
- Ressauter: Tressauter de peur ou de surprise.
- Resouffler: Faire une légère pause. Respirer après un effort. (On a tellement de travail qu'on ne peut pas "resouffler"
- Il est tellement enrhumé qu'il ne peut plus "resouffler")
- Reterrer: Ramener la terre autour d'une plante. On "reterre" les pommes de terre avec le "fouachou".
- Retirer: Ressembler à quelqu'un. (Il "retire" du côté de son père: il ressemble à son père ou à quelqu'un de la famille de son père).
- Reveniotte (de la): Se dit d'une boule ou d'une bille qui a rencontré un obstacle et qui revient en arrière ou qui change de direction.
- Ribler: Faire glisser. Déplacer les roues arrières d'une voiture pour mieux prendre un virage.
- Rinchailler. Labourer en laissant l'espace d'une raie entre deux sillons. Déchaumer.
- Riô1e (faire la): Faire la noce. Mener une vie de débauche. (Le mot riole était employé autrefois pour désigner une partie de plaisir, de débauche, -ne figure plus sur les dictionnaires modernes -).
- Riper: Courir très vite. Se sauver. (patois: "rèpé").
- Ripopette: Chose insignifiante, sans valeur. ( c'est de la "ripopette").
- Rognard: Bois noueux, difficile à travailler. Personne hargneuse. (voir l'expression "chercher des rognes")
- Rômer: Respirer avec difficulté et bruyamment.
- Romplantain: En botanique. plantain majeur ou plantain lancéolé.
- Rondinier. Voiturier spécialisé dans le débardage et le transport des bois.
- Rondotte: Grand baquet en bois pour faire la lessive.
- Rondure: Rognure enlevée par le fromager autour du gruyère frais débordant de sa forme. (C'était autrefois le régal des enfants et la récompense pour un service rendu au fromager).
- Rôter: Oter. Retirer. Enlever. Déplacer.
- Rouêler: Se dit d'une bête qui émet un cri plaintif. Par extension et par plaisanterie, d'un enfant qui pleure sans motif apparent. .
- Rougeard (rougearde): -pour rougeaud
- Personne qui a le teint coloré.
- Rougeurs: Nuages teintés de rouge au levant ou au couchant.
- Rouiller: Rouer de coups.

S

- Sache: Grand sac.
- Sarcleret: Petit sarcloir pour enlever les mauvaises herbes et ameublir le sol.
- Sarclons: Sarclures. Mauvaises herbes que l'on enlève en sarclant.
- Sèche. Sorte de gâteau sec fait avec de la farine, de l'eau, du beurre et du sucre.
- Sèchon: Arbre sec sur pied.
- Séra: Fromage maigre que l'on retire du petit lait après avoir fait le gruyère.
- Sévron: Babeurre.
- Signole: Manivelle.
- Sinielle: Cenelle. Fruit de l'aubépine.
- Sinielle: Au jeu de billes, droit que demande un joueur de prolonger le mouvement d'une bille arrêtée par un obstacle imprévu.
- Smouachou: Cheville ouvrière métallique reliant l'avant-train au corps de la voiture.
- Soigner: L'ensemble des travaux auprès des bêtes. (C'est l'heure d'aller "soigner").
- Sonneau: "Tarcot" (voir ce mot).
- Soubriquet: Déformation du mot sobriquet.
- Souleret: Construction à claire-voie adossée à l'extérieur d'une maison pour stocker le bois de chauffage.
- Soulte: Etai. Poutre pour soutenir un ouvrage.
- Souste: Au jeu de cartes, se dit d'une carte soutenue . par une autre. (Roi "souste", dame "souste").
- Suée: Averse.
- Suivre (se) : S'emploie pour désigner un bois en grume dont le diamètre décroît très progressivement sur toute sa longueur. (Un bois qui "se suit bien").

T

- Tache: (de champignons) Rond de sorcière. Emplacement en forme de cercle ou partie de cercle où l'herbe est plus abondante et d'un vert plus foncé où poussent quelques espèces de champignons, mousserons (agarics) gris (clitocybe nébuleux).
- Taillardô: Jeu pratiqué autrefois par les bergers et qui consistait à découper avec un couteau, des mottes de terre en criant "taillardô..ô..ô.. On devait continuer à crier ô..ô.. en découpant le plus possible de mottes de terre jusqu'à ce qu'on ne puisse plus crier sans respirer. Celui qui avait découpé le plus gros tas de mottes avait gagné.
- Tâlure: Meurtrissure sur la peau faite par un outil, une chaussure ..etc..
- Talvane: Revêtement extérieur d'un pignon ou d'un mur.
- voir aussi le mot "chape". ( Autrefois les "talvanes" étaient faites en tavaillons).
- Taquer: Eclater. (Faire "taquer" un sac en papier). Patauger. Par ironie: "taquer la boise" travailler dans la culture.
- Taquet: Plante dont le nom botanique est: Silène enflé. On lui donne le nom de "paquet" parce que l'on peut faire "taquer" sur la main la partie renflée de la fleur.
- Tarcot: Clochette à vache. Clochette non fondue, en laiton ou en cuivre.
- Tat'lerie (ou Tatel'rie): Mauvaise herbe des prairies dont le nom botanique est: Rhinante crête de coq.
- Tavan (ou tavin, ou taouin). Taon.
- Tendre (la perche): Maintenir la récolte sur la voiture à l'aide de la perche. Celle-ci est engagée à une extrémité dans le "fraitier", à l'autre bout elle reçoit une corde tendue à l'aide du "tour" et des "manivelles" .
- Tendue: Cloison.
- Tépon: Autre nom du "tarcot" (voir ce mot).
- Têter: Pommer. Se former en pomme en parlant des choux, des laitues.. etc
- Této: Genre de jeu de boules que l'on pratiquait avec des pierres rondes de la grosseur d'une boule de pétanque. Il fallait toucher la pierre de l'adversaire en criant: "této". On ajoutait: "pour la plus grosse si elle casse" car l'adversaire aurait pu dire. "pour la plus petite" et en cas d'éclatement de la pierre on était tenu de jouer avec un des éclats.
- Ticlet: Loquet de la porte..
- Tiève: Douillet. Qui craint le moindre bobo. Très sensible au mal.
- Tintebin: Genre de parc sur roulettes où l'on plaçait les enfants qui commençaient à marcher. (En patois "tin te bin" veut dire: Tiens-toi bien!) -Tirant: Egoïste. Personne qui ne cherche qu'à amasser des biens par tous les moyens.
- Tirer. Prendre de ce qui est sur la table. (Pour inviter quelqu'un à se servir, on disait: "tirez").
- Toc-toc: Se dit d'une personne qui n'a pas toute sa raison.
- Tepeune: Grand récipient, grande casserole, grand pot. (En patois "tepin" : pot.
- "Soudiau qu'ma on vioe tepin: sourd comme un vieux pot.)
- Tôle: Etabli du menuisier.
- Tôniée: Correction. Volée de coups. Raclée.
- Tônier (se): Se battre.
- Tonneau ( du chalet) : Tonneau allongé et sur roue dans lequel se déversait le petit-lait à la sortie de l'écrémeuse. Le sociétaire qui "avait le fromage" (voir cette expression) disposait du "tonneau" pour emmener le petit-lait destiné à la nourriture des cochons.
- Tour: Pièce de bois cylindrique pivotante percée de trous dans lesquels en engage les "manivelles". C'est sur le "tour" que s'enroule la corde pour "tendre la perche".
- Toureiller: Se dit de la fumée et des flammes qui s'échappent violemment d'un feu ou d'un incendie. Se dit également de quelqu'un qui fume beaucoup.
- Tracer: Marcher ou courir très vite.
- Traînes: Maladies peu graves mais sous forme d'épidémies. ("c'est des traînes").
- Tranchée ouverte: ("repiquer" un toit à): Enlever toutes les tuiles en éliminant celles qui sont défectueuses et en remettant en place immédiatement celles qui sont en bon état. De cette façon, au fur et à mesure qu'on élimine les tuiles abîmées, il se forme une "tranchée ouverte" de plus en plus large. quand tout est terminé, on garnit la " tranchée ouverte" avec des tuiles neuves.
- Trancher: Cailler. Tourner. (Par temps orageux on croyait que le lait "tranchait") .
- Trebiller: Se dit quand il neige avec grand vent.
- Trempe: Dit pour trempé (Etre "trempe" pour être trempé, mouillé).
- Trèpé: Foulé. Ecrasé. Aplati.
- Trèper: Fouler en marchant dessus. ("trèper" l'herbe).
- Tresir. Sortir de terre en parlant des plantes. Par plaisanterie se dit d'une personne qu'on voit apparaître: Je l'ai vu "tresir" au coin de la rue.
- Tro: Coeur du chou, de la salade. (dur comme du "tro" de chou).
- Trouiller: Lâcher des vents. Péter.

UV

- Usine: Autrefois, ce mot désignait uniquement une scierie.
- Van-neriau: Grande gentiane.
- Vanotte: Petite corbeille où l'on mettait la pâte pour la faire lever avant de la mettre au four pour faire le pain. Egalement grande corbeille d'osier ou de bois.
- Verser: Se dit des récoltes couchées par terre par la pluie ou le vent. "verser" veut dire aussi renverser une voiture avec son contenu.
- Vette: Force, courage. S'emploie surtout en parlant quelqu'un qui n'a pas de force (il n'a pas de "vette").
- Virée: Grande quantité. (En patois: "èno bélo verio"
- une grande quantité).
- Voir: On dit: je n'ai "personne vu" pour je n'ai vu personne.
- Voiture embarossée: (ou à échelles) munie de "barôsses" (voir ce mot) pour le transport des récoltes et du bois de chauffage.
- Voiture à plateforme: mêmes usages que ci-dessus.
- Voiture embennée: munie de "bennes" ( voir ce mot) pour transporter le fumier, les pommes de terre, les betteraves ..etc...
- Voiture à ressorts: Pour le transport des personnes. Cette voiture était quelquefois munie d'une capote et d'un tablier de cuir.
- Vougrer: Se dit des céréales dont les grains tombent avant ou pendant la moisson.
- Voyant: Prunelle de l'oeil.

Y Z

- Yon: Patin du traîneau.
- Yoyo: Imbécile, Idiot.
- Yoyoter: Agir comme un "yoyo".